top of page
  • Photo du rédacteurEric Dimicoli

Le Lion/Rayonnement dramatique

Journal d'un germe en croissance

Mesdames et Messieurs : "LE LION"

(Il fallait au moins çà)



En ces temps estivaux, il est temps de parler de chaleur, d’été (aujourd'hui on dit canicule !), il est temps de parler de la Phase Lion.


Nous avions laissé notre germe à l’étape Cancer, étape où notre arbre se préparait à une gestation. Avec la phase Lion notre arbre en est tout simplement au fruit.


Dans le domaine des fleurs nous avons aussi le tournesol, qui par son simple nom évoque le Soleil, symbole qui est en relation direct avec le Lion.

Ensemble, les voici tournés vers leur Dieu-Soleil, leur Horus, vers lequel ils cherchent la lumière, le sens de leur croissance. Et ne dit-on pas souvent « ce fruit est gorgé de Soleil ». Mais nous le verrons plus loin, attention, point trop n’en faut !




Avec le Lion cette lumière se réfère souvent à une quête parfois spirituelle ou philosophique voire religieuse. C’est aussi une étape créative où l’expression personnelle dramatique est puissante.


La création peut s’entendre à travers une œuvre ou le fait d’avoir des enfants, nos fruits à nous. C’est aussi l’amour généreux mais aussi l’amour de soi.

Regardez mes beaux fruits, mes couleurs, ma forme, mon apparence.

Le Lion aime se regarder dans un miroir et, en se mirant, il est lui-même son propre public.

Moi ! (Souvenons-nous de François Hollande et de son « Moi, Président… », pas moins de 15 fois !)

L’arbre pose aussi de toute beauté à travers la couleur de ses fruits dans la chaleur de l’été.

Le Soleil est généreux, loyal, sincère, direct parfois trop, d’une autorité naturelle, sûr de son énergie, qu’il transmet aux autres mais surtout à ceux qu’il aime. Il est confiant personnellement mais très peu socialement, vertu de son opposé Verseau qui, lui, est plus à l’aise avec les autres.


Mais le Soleil, tout en rayonnant de toute sa lumière régénératrice, crée aussi le phénomène de l’ombre. (Terme utilisé par C.G Yung, Lion lui-même !) Ou autrement dit, la force du lion, en s’imposant parfois maladroitement, ou en étant devant un public ou un auditoire qui se doit d’écouter (public, d’où son côté « acte II, scène IV)… Est-qu’on me regarde ?


Sa capacité à s’affirmer tout court, peut l’enfermer dans une tour dorée et luxueuse et lui donner l’illusion d’être toujours sous les projecteurs.


Cela dans le premier temps de sa vie surtout. Bref en quelque sorte, il faut éviter au Lion, parfois, de se prendre pour le Soleil, même si les autres en profitent largement, souvent à ses dépens. « Donnez, do do donnez, Dieu vous le rendra »…Comme chante notre Ascendant Lion Enrico Macias, la vérité ! Mais bon, si le Lion donne, il fait en sorte que l’on en parle, en le prenant en photo dans Gala !



Les tournesols vénèrent le Soleil, tournés vers leur source de vie, tendus comme des têtes couronnées et de tout leurs jaunes solaires, mais parfois, l’envie vient à l’un d'entre eux, de se prendre pour celui qu’il vénère, le Soleil en personne, et de s’enorgueillir intrinsèquement d’avoir compris le sens spirituel de son essence et il souhaite alors intensément que ses comparses tournesols se tournent à présent vers lui.


Le Lion trouve naturel d’être regardé. Lui, pense aussi être une source de vie. Un Soleil. Cela explique pourquoi la symbolique du Lion et du Soleil s'oriente souvent vers des rôles sociaux de rois, d’acteurs, etc. N’oublions pas que le Soleil est aussi une étoile (star).


Le cas historique à posture dramatique c’est Mussolini, dans sa gestuelle théâtrale qui n’exaltait que lui-même. Sinon Napoléon, fort de son ascendant Scorpion, personnalité solaire rayonnant dans une fratrie vorace ou, plus artistique mais dans un tempérament affirmé, Coco Chanel qui lance le bronzage et une mode qui prend sa source dans ce qu'lle porte elle-même d'abord !


Bref, avec le Lion on essaye de briller et souvent avec excellence. Le Lion n’aime pas la médiocrité, ce qui le pousse parfois vers une exigence dictatoriale relative ou pas (Napoléon). Une certaine paranoïa le guette aussi quand ce n’est pas sous-tendu par une forte susceptibilité… Touche-pas à mon ego-cocoricco !


Spirituellement parlant, le Lion apprend avec le temps le test de la simplicité. Le tournesol est « traversé » par les photons, et s’il en prend trop, il tombe de toute sa hauteur, cassant sa tige épaisse à la base. Plaf ! …De toute sa « hauteur » le fruit tombe, s’écrase sur le sol, avant d’être cueilli. Trop mûr. Trop adulé…


C'est pourquoila quête intérieur du Lion doit devenir un cristal, pour que la lumière du Soleil le traverse et ne projette plus son ombre (sur les autres ou en lui-même cf.Yung). Oui il peut être un roi, mais son ombre c’est de ne devenir que le roi d’un désert ou le public n’est qu’une masse impersonnelle. « Mon public » que j’aime, mais surtout qui m’aime et me glorifie.


Son courage se transforme alors en exemple, il ne porte plus que l’étendard de l’amour sans attendre de reconnaissance particulière. L’abbé Pierre en est un exemple net et il avait aussi son caractère ; le rayonnement dans la transparence et sans dramatiser.


Sur le plan biologique, le lion c’est le cœur.

Ces analogies qui m’épateront toujours, soutiennent cette idée qu’il n’y a pas de vérités psychologiques sans fondements biologiques.

25 vues0 commentaire

Comments


bottom of page